Aubusson
Creuse, Nouvelle-Aquitaine

Des premières tapisseries des frères Augeraing en 1501, de la Dame à La Licorne,
 chef d’œuvre de la Renaissance, à celles réalisées aujourd’hui pour Tolkien et Miyazaki, cinq siècles de savoir-faire ont été inscrit aujourd’hui au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO en 2009. Actuellement des dizaines d’ateliers perdurent 
à Aubusson et Felletin.
© Aubusson Felletin Tourisme

Aubusson Creuse, Nouvelle-AquitaineAubusson Creuse, Nouvelle-Aquitaine
00:00 / 01:24

Dans la vallée de la Creuse, deux petits villages, Aubusson et Felletin ont vu leur nom définitivement liés à l’histoire de la tapisserie. Bien que les premiers ateliers soient implantés à Felletin, Aubusson devient rapidement la capitale mondiale de la tapisserie. S’intéresser à la tapisserie d’Aubusson pourrait paraître ringard. Or c’est un savoir-faire qui depuis 600 ans n’a pas perdu son aura. Bien au contraire. Classé au patrimoine immatériel culturel de l’Unesco, la tapisserie d’Aubusson revient sur le devant de la scène, en réalisant, par exemple, 14 tapisseries à partir des dessins de Tolkien, créateur du Seigneur des anneaux. Comme Braque en son temps, de nombreux artistes sont séduits à nouveau par ce travail à l’image du dessinateur Hayao Miyazaki. Des verdures du XVe siècle aux représentations abstraites ou figuratives du XXe siècle, en passant par les scènes de chasse ou religieuses de la Renaissance, aucun style, aucune scène ne peut résister aux lissiers. Geste précis, noblesse des matières, éclats des couleurs, techniques et méthodes sont précisément conservées. Tissée à la main sur un métier de "basse lisse", la tapisserie d’Aubusson fait appel à une multitudes de métiers et de savoir-faire d’excellence, encore méconnus du grand public.