Millau
Aveyron, Occitanie

Dès le XIIe siècle, l’abondance du cheptel de brebis, la qualité inégalable de la peau d’agneau et la présence indispensable d’une rivière propulsent Millau sur sa destinée gantière. Aujourd’hui, le savoir-faire perdure grâce, notamment, à quatre "Entreprises du Patrimoine Vivant". Plébiscité par les maisons de haute couture et les stars, le gant en cuir millavois s’exporte au-delà de l’hexagone.
© Olivier Saillant

Millau Aveyron, Occitanie Millau Aveyron, Occitanie
00:00 / 01:15

Millau, cité fleurie d’Occitanie, est plus connue du grand public pour son viaduc que pour ses gants. Or Millau, sur les bords du Tarn, c’est d’abord la capitale du gant de luxe, avec un savoir-faire sur le travail du cuir reconnu dans le monde. Ce sont aussi des milliers d'ouvriers qui ont vécu du travail du cuir et aujourd’hui, une poignée d’artisans, dont certaines sont classées entreprises du patrimoine vivant, perpétuent les techniques et les gestes d’antan. Pour faire un gant, il faut de la peau d’agneau, de l’eau et des mains. De là, plus de 100 étapes seront nécessaires à la confection d’un gant traditionnel, sans compter la préparation des peaux par le mégissier puis l’apprêt ou les teintes des cuirs par le peaussier. Modélistes, coupeurs, piqueurs, monteurs, taillent, cousent, brodent et décorent les différentes parties des gants ; une multitude de métiers dans des petits ateliers ou belles manufactures qui maintiennent la tradition et l’excellence. Karl Lagerfeld avec ses mitaines noires en était le plus célèbre ambassadeur. Entre tradition et innovation, le savoir-faire des gantiers de Millau reste prisée des grands couturiers pour sa peau raffinée.